Coyōtl/Éternel retour |Visite virtuelle|Virtual tour

Récemment se tenait à la Galerie Espace de Montréal l’exposition Coyōtl/Éternel retour. Voici une visite virtuelle de cette exposition. Cliquez ici.
========
You can visit the Coyōtl/Éternel retour exhibition that was recently held at Galerie Espace in Montreal. Just click here.

Gracieuseté de Michael Lewin

Mouvement | Movement

Mon attention s’est portée sur les grandes herbes  qui  se chamaillaient sous le soleil. De puissants arbustes les envahissaient. Puis la pluie est arrivée  et tous s’en sont abreuvés.  J’ai alors pensé aux collaborations et aux collisions entre les êtres, et au mouvement dans une substance infinie, la nature.

Je me suis inspiré de ce mouvement pour compléter deux abstractions énumératives que je présente ici.

=================

My attention was drawn to the tall grasses  which were battling  for their place under the sun. Large shrubs were invading them.  Then came the rain, watering all. Then I thought about the collaborations and collisions  between beings, and the  movement  in an infinite substance, the nature.

I used this idea of movement to complete  two enumerative abstracts that I present in this post.

Enlacement multi-couches
André Clouâtre, Ensembles, Acrylique sur toile, 30” x 36”, 2017

 

Été 2017 | Summer 2017

Je suis un convive qui a attendu très longtemps à la table de Mère nature avant que l’été ne lui soit enfin servi. Un été austère sur un fond d’air frais, avec de bonnes doses de soleil, des saveurs florales et  la légèreté des chants d’oiseaux. C’est ainsi que je goûte l’été au chalet dans le Nord, en compagnie de ma femme, faisant des activités de plein air et en recevant des amis.

En peinture, je m’adonne à deux plaisirs. Le matin, je peins à l’aquarelle la forêt devant le chalet lorsque le soleil illumine en contre-jour les sapins baumiers près du lac. Il y a aussi le plaisir de l’abstraction. Je génère des tableaux en énumérant des propositions  qui se contredisent entre elles, qui affirment une chose et son contraire. Ma pensée n’est pas tout à fait claire mais je sens qu’elle me porte vers les vertiges que l’appréhension du réel me donne.

===========================

I have been waiting for quite a long time at the table of Mother nature before the summer is served. It is an austere summer of fresh air, with good doses of sun, floral flavours and the lightness of bird songs. I spend a good part of it in the northern country, with my wife, doing outdoor activities and meeting friends.

In painting, I experienced two pleasures. There is the morning pleasure of watercolor when I sketch the forest in front of the cottage when the sun backlights the firs growing close to the lake. There is also the pleasure of doing abstract painting.  I enumerate propositions which contradict themselves,  propositions which state something and its contrary.  My thinking underneath this painting is not completely clear but I feel that it leads me towards a vertigo that the grasp of reality gives me.

 

 

Dessins de forêt | Forest sketching

Il y a cinq ou six ans, lorsque je dessinais ou peignais à l’aquarelle une forêt sous un soleil du matin , je m’efforçais de représenter la beauté du paysage. Mentalement, je prolongeais le ressenti du premier regard de la scéne. Je reconnaissais la séduction que la Nature opérait sur moi.

Le temps passant, j’ai développé une autre perspective. La forêt m’apparaît comme une abstraction, une énumération  infinie de genres et d’arrangements. En dessinant, je me concentre sur certains individus avec lesquels je privilégie l’interaction. Sur ce sujet, j’aime beaucoup ces vers de Charles Baudelaire:
La Nature (…)
L’homme y passe à travers une forêt de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.  (Correspondances, Fleurs du mal, 1857)

Vingt-trois images suivent.

Five or six years ago,  when I was sketching or water-coloring a forest, I was trying hard to represent the beauty of a landscape. Mentally, I was endeavoring to keep the initial feeling of seduction that I got when I first look at the scene as an idealized beauty.

Progressively I developed another perspective. I now look at a forest as an abstraction: an enumeration consisting in infinite nature types and arrangements. When drawing, I focus on specific individuals of the forest and I interact  with them. On this subject, I like very much these  verses of the poem Correspondences by Charles Baudelaire:
Nature (…)
Man crosses it through forests of symbols
Which watch him with intimate eyes.    (translation by G. Wagner)

Click to enlarge the images.

 

Anticosti

Ces dessins pour la plupart sont des  représentations d’idées qui m’habitaient lorsque j’ai écrit l’article «Pour un sentier du littoral d’Anticosti»que Le Devoir a publié récemment.

http://m.ledevoir.com/article-478275

Recently, Le Devoir, which is a Quebec national daily newspaper, published a text of mine where I make the case for a 530 km coast line walking path around the island of Anticosti in the Gulf of Saint Lawrence. These drawings have been done during  this period of writing.

 

Les naturels | The naturals

Je recueille des représentants du monde naturel, reconnaissables d’un coup d’oeil, des naturels comme les vaches en exergue ou les poissons ci-bas. Je compte les mettre côte à côte avec les abstractions de l’intellectualisme et de la technicité que j’ai développées ces dernières années. J’ai besoin d’un vocabulaire de naturels pour exprimer mes vues sur l’agir humain.

===================================

I draw representatives of the natural world, naturals,  like the cows in the featured image and the fish below. My plan is to assemble naturals with abstracts representing intellectualism and technicity. Much of my work was in the latter category in previous years. I need  a vocabulary of naturals to express my views on humans.

Poissons
André Clouâtre, Poissons, Encre et aquarelle sur papier Canal, 14” x 10”, 2016

 

Petits tableaux | Small paintings

Ces petits tableaux donne une idée de la thématique figurative de mon expo de la semaine prochaine, «Ceci n’est pas un rêve».
====================================================================================================================
These small paintings offers a glimpse into my next week exhibition at Galerie Espace in Montreal.

Cliquez pour agrandir:

Voyage au Japon

André Clouâtre, À Kyoto je rêve, Encre et gesso, 18'' x 18''
André Clouâtre, À Kyoto je rêve, Encre et gesso, 18” x 18”

Je présente ce dessin en toute humilité car j’ai en mémoire les chefs d’œuvre que j’ai vus au Japon.

L’exposition de Kataoka Tamako au Musée d’art moderne de Tokyo, tellement riche en couleurs, en textures et en formes humaines, m’a ébloui.

Les  peintres Kano de la période Momoyama au musée national de Kyoto m’ont touché par leurs œuvres somptueuses et vibrantes de détails provenant de l’observation patiente de la nature. Un sentiment d’élévation de la pensée se dégage de ces oeuvres.

========================================================================================

I post this drawing with humility since I have in mind the masterpieces that I saw in Japan. I was overwhelmed by the colours, the patterns and the human forms of Kataoka Tamako paintings  at the National museum of modern art of Tokyo. I was also impressed by the acute and patient observation of nature, and the elevated state of mind of the Kano painters of the Momoyama period at the National museum of Kyoto.

 

 

Je dessine (1) | I draw (1)

André Clouâtre, Dernier voyage, Encre, gesso et aquarelle sur papier, 36 x 36 cm, 2014
André Clouâtre, Dernier voyage, 36 x 36 cm (14 x 14”), 2014

J’ai eu l’idée de ce dessin quelques jours après que j’eus été le rameur de la chaloupe funéraire de mon beau-père. Il avait demandé qu’on disperse ses cendres au milieu du lac  du domaine familial.  De là m’est venu l’idée de dessiner un rameur comme forme  métaphorique de l’action humaine.

ICI EST LA SUITE de «Je dessine (1)». L’article est fait d’extraits de mon journal et de 24 autres dessins, dont «Amour physique».


The idea of drawing rowers came to me after I had rowed the boat carrying the ashes of my father in law. He had wished that we would disperse his ashes in the middle of the private familily lake.  In  my mind, the rower is a methophoric representation of the humanity.

HERE IS THE  rest of «Je dessine (1). It contains 24 other drawings, including «Amour physique».

André Clouâtre, Amour physique, 36 x 36 cm (14 x 14''), 2014
André Clouâtre, Amour physique, 36 x 36 cm (14 x 14”), 2014

Vidéo sur moi | Michael Lewin’s video about me

Dans cette vidéo de Michael Lewin, on me voit en réflexion à la campagne et en train de peindre à mon atelier. J’y exprime des idées sur la nature et l’inspiration, et je commente les tableaux abstraits que j’ai faits en 2014.
==============================
Michael Lewin is a videographer living in Montreal. Interested by my work, he shot this video where I appear in a country setting and in my studio, expressing my views about nature, inspiration and abstract painting. The video was shot in the fall of 2014.