Dessins de plage 2017| Beach Sketches 2017

J’aime la plage. Muni d’un parasol et d’un sombrero,  je peux passer de longs après-midi à contempler l’océan. J’aime d’autant plus la plage si je suis en compagnie de parents et amis. Je l’étais en début d’année à Sayulita, village de la côte mexicaine de l’océan Pacifique. Dans les moments plus tranquilles, je lis et je fais de petites aquarelles.

I am a beachgoer. Alternating sun and shade, I can stay  long afternoons contemplating the ocean. I spent the last ten days in the agreeable company of family and friends in Sayulita, a mexican village on the Pacific Ocean coast. In idle times, I read and do watercolours sketches.

 

Je dessine (1) | I draw (1)

André Clouâtre, Dernier voyage, Encre, gesso et aquarelle sur papier, 36 x 36 cm, 2014
André Clouâtre, Dernier voyage, 36 x 36 cm (14 x 14”), 2014

J’ai eu l’idée de ce dessin quelques jours après que j’eus été le rameur de la chaloupe funéraire de mon beau-père. Il avait demandé qu’on disperse ses cendres au milieu du lac  du domaine familial.  De là m’est venu l’idée de dessiner un rameur comme forme  métaphorique de l’action humaine.

ICI EST LA SUITE de «Je dessine (1)». L’article est fait d’extraits de mon journal et de 24 autres dessins, dont «Amour physique».


The idea of drawing rowers came to me after I had rowed the boat carrying the ashes of my father in law. He had wished that we would disperse his ashes in the middle of the private familily lake.  In  my mind, the rower is a methophoric representation of the humanity.

HERE IS THE  rest of «Je dessine (1). It contains 24 other drawings, including «Amour physique».

André Clouâtre, Amour physique, 36 x 36 cm (14 x 14''), 2014
André Clouâtre, Amour physique, 36 x 36 cm (14 x 14”), 2014

Pensées, hasard, dessins | Roll-a-dice drawings


À l’origine des lavis que je montre ici, il y a les pensées spontanées que je note lors de mes méditations matinales: réflexions sur le monde, sur moi et sur ma place dans le monde. Puis j’ai eu l’idée de choisir au hasard, à l’aide d’un dé, des pensées à dessiner. J’improvise le dessin, en faisant appel à la spontanéité de mon imagination et de ma main. Je n’ai pas le souci de réaliser un objet présentable comme un dessin encadré à accrocher sur un mur…(voir la suite en cliquant ici)
==============================================================================================================
I write down the thoughts of my morning introspection. Using a dice, I choose among them the thoughts that I draw. I draw each thought-subject in two versions, in a few minutes, with ink and water, on one-foot square paper. I want to create a diversion to the structured work that I did in recent months. I want to paint with more imaginative spontaneity, more free gesture, and more fun at the weekly group painting session.