Coyōtl/Éternel retour |Visite virtuelle|Virtual tour

Récemment se tenait à la Galerie Espace de Montréal l’exposition Coyōtl/Éternel retour. Voici une visite virtuelle de cette exposition. Cliquez ici.
========
You can visit the Coyōtl/Éternel retour exhibition that was recently held at Galerie Espace in Montreal. Just click here.

Gracieuseté de Michael Lewin

Exposition «Éternel retour», 19-25 septembre 2018

Je poursuis l’aventure en présentant du 19 au 25 septembre à la Galerie Espace mes tableaux les plus signifiants des deux dernières années. Si vous lisez ces lignes considérez-vous invité à venir voir notre exposition; j’écris “notre” car je la ferai conjointement avec Amielle Clouâtre, ma fille, qui présentera un nouvel ensemble de photographies. Un portfolio et une très juste description du travail d’Amielle par Marie-Ange Cossette-Trudel se trouvent sur amielleclouatre.com .

J’ai deux groupes de tableaux à montrer. Il y a des tableaux peints sur toile ou sur métal qui représentent par énumération l’infini de l’univers, du double point de vue du format et du jeu. L’autre groupe consiste en des œuvres sur papier qui sont des cristallisations picturales de ma réflexion sur la volonté de vivre.

Cartonrecto

I will show my most important paintings of the last two years at Galerie Espace, from September 19 to 25. Consider yourself as invited if you read this. This is a joint exhibition with Amielle Clouâtre, my daughter. A portfolio of Amielle’s work and a meaningful text by Marie-Ange Cossette-Trudel can be found at amielleclouatre.com.

I have two groups of paintings to show. There are paintings on canvas or metal which represent the infinity of the universe as enumerative games. The other group comprises large coloured drawings on paper which are cristallisations of my thoughts on the will to live.

Les adresses de l’univers |Universe addressing

ELLE et LUI jouent aux adresses de l’univers. La règle du jeu est simple. Il s’agit de désigner par une adresse toute particule, toute idée ou tout fragment d’idée de l’univers. Mais comme l’univers est «une substance consistant en une infinité d’attributs dont chacun exprime une essence éternelle et infinie» [1], c’est un jeu extrêmement déstabilisant pour ceux qui le pratiquent. Par prudence ELLE et LUI contiennent leur ambition et ne considèrent que six attributs. Ils arrivent après sept coups à désigner tout ce qui s’exprime par six attributs. (…)

[1] Définition de Dieu dans L’Éthique de Spinoza, publ. 1677.

==========

ELLE et LUI play to universe addressing. The rule is simple. All universe addresses, which are unique to every particle or idea or idea fragment, must be expressed. Since the universe is “a substance consisting of an infinity of attributes, of which each one expresses an eternal and infinite essence” [2], this game can be extremely destabilizing for the players. Prudent, ELLE et LUI limit their ambition to only six attributes and succeed to grasp all six-attributes addresses in seven plays. (…)

[2] Definition of God in Spinoza’s Ethics, publ. 1677.

img_0129
André Clouâtre, Les adresses de l’univers, Acrilyque sur tôle, 18” x 18”, 2018

Vieille feuille de tôle | Old Metal Sheet

C’est un essai sur papier pour des peintures sur de la vieille tôle ondulée que je ferai à l’été, sur le thème de la stupeur de la raison face à la vie.

================

This is an essay on paper for paintings that I plan to do this summer on old corrugated metal sheets, on the theme of the stupor of the reason when facing life.

6874B44E-F0A5-48CC-A783-D7FA26EDB2E2
André Clouâtre, Feuille de tôle, Acrylique sur papier, 30” x 48”, 2018.

 

Un et Tout | One and All

Dans mes peintures d’énumération,  j’ai colorié des grilles de petits carrés en suivant des formules. Il m’est arrivé de me sentir prisonnier de l’inflexibilité de ces murs de briques,  prisonnier de ma rationalité. J’ai alors pris un microscope mental et regardé ces structures.  J’y ai vu  un monde derrière l’organisation du Tout , où l’Un est un monde aussi complexe que le Tout. En poursuivant ces pensées,  j’ai eu la vision d’une  grille déconstruite, une grille qui fond, dont les côtés s’ouvrent, se séparent, plient et se mettent à danser.

Ces pensées sont le fil conducteur  de cette série de 9 dessins.

==========

In my enumeration drawings and paintings, I used formulae to color the small squares of a grid. It happenned that I felt prisonner of the inflexibility of this wall of bricks, prisonner of my rationality. I then tooked a mental microscope and looked at this structure. I saw a world behind this organization, a world where One has the complexity of All. Having this kind of thoughts, I had the vision of a deconstructed grid, a melted grid where the squares are opened up, the lines are moved apart, bended and dancing.

These thoughts are the guiding principle of this series  of 9 drawings.

 

 

 

 

Mouvement | Movement

Mon attention s’est portée sur les grandes herbes  qui  se chamaillaient sous le soleil. De puissants arbustes les envahissaient. Puis la pluie est arrivée  et tous s’en sont abreuvés.  J’ai alors pensé aux collaborations et aux collisions entre les êtres, et au mouvement dans une substance infinie, la nature.

Je me suis inspiré de ce mouvement pour compléter deux abstractions énumératives que je présente ici.

=================

My attention was drawn to the tall grasses  which were battling  for their place under the sun. Large shrubs were invading them.  Then came the rain, watering all. Then I thought about the collaborations and collisions  between beings, and the  movement  in an infinite substance, the nature.

I used this idea of movement to complete  two enumerative abstracts that I present in this post.

Enlacement multi-couches
André Clouâtre, Ensembles, Acrylique sur toile, 30” x 36”, 2017

 

Été 2017 | Summer 2017

Je suis un convive qui a attendu très longtemps à la table de Mère nature avant que l’été ne lui soit enfin servi. Un été austère sur un fond d’air frais, avec de bonnes doses de soleil, des saveurs florales et  la légèreté des chants d’oiseaux. C’est ainsi que je goûte l’été au chalet dans le Nord, en compagnie de ma femme, faisant des activités de plein air et en recevant des amis.

En peinture, je m’adonne à deux plaisirs. Le matin, je peins à l’aquarelle la forêt devant le chalet lorsque le soleil illumine en contre-jour les sapins baumiers près du lac. Il y a aussi le plaisir de l’abstraction. Je génère des tableaux en énumérant des propositions  qui se contredisent entre elles, qui affirment une chose et son contraire. Ma pensée n’est pas tout à fait claire mais je sens qu’elle me porte vers les vertiges que l’appréhension du réel me donne.

===========================

I have been waiting for quite a long time at the table of Mother nature before the summer is served. It is an austere summer of fresh air, with good doses of sun, floral flavours and the lightness of bird songs. I spend a good part of it in the northern country, with my wife, doing outdoor activities and meeting friends.

In painting, I experienced two pleasures. There is the morning pleasure of watercolor when I sketch the forest in front of the cottage when the sun backlights the firs growing close to the lake. There is also the pleasure of doing abstract painting.  I enumerate propositions which contradict themselves,  propositions which state something and its contrary.  My thinking underneath this painting is not completely clear but I feel that it leads me towards a vertigo that the grasp of reality gives me.

 

 

Techno Pop 

J’aime les rythmes appuyés et enroulés de la batterie électronique. Il n’y a  pas d’histoire dans ce morceau, juste ce son lourd. Ils doivent danser. Je me vois avec eux.  Il n’y a pas d’histoire, juste une manière d’être.

==================================================================

I like the strong and coiled rythms of the electronic drum. There is no story in this song,  just the waves of this heavy sound.  They must be dancing. I imagine myself with them.  There is no story just a way of being.

Viril
André Clouâtre, Viril, Acrylique sur papier cartonné, 36” x 36”, 2017

Énumérations, hiver 2017 | Winter 2017

J’ai toujours de nouvelles énumérations à peindre, ces liens directs avec… Avec quoi au juste?  Avec les oiseaux dans le ciel ? Avec les grains de sable sur une plage?  Ici, avec des morceaux d´un défi rationnel.

Je dessine sans grande précision ces structures combinatoires, croyant que la nature organique des lignes a quelque valeur en soi, du moins qu’elles me représentent. Le coloriage aussi me représente. Je  dialogue avec les formes et les couleurs dans un va-et-vient d’applications de couleur et de pauses où je juge le résultat, un mouvement cyclique qui se poursuit jusqu’à ce que j’obtienne un apaisement à regarder ce que j’ai fait.

====================

I always have new enumerations to paint, these combinatorial  structures that I draw loosely, with just the precision needed to distinguish individual zones. An enumeration  can represent anything one can think of, like clouds in the sky, grains of sand of a beach, or in this case the pieces of an intellectual challenge.

I think that the organic lines of these drawings have some value, that at least they represent me. Colors also represent me. Coloring is a long process, cycles of color application and evaluation that stop only when I feel a soothing effect from the image.