En guise de conclusion | As the exhibition conclusioni

Terminée notre exposition ! Des mois de préparation et une semaine d’émotions. Mille mercis à nos amis pour leur aide (Charles, Louis, Lôc), au propriétaire de la Galerie Espace (monsieur Lau) et à tous nos visiteurs!

Un des moments forts fut l’événement Auteurs-Lecteurs où quatre auteurs ont récité à haute voix leur composition. Nous leur en sommes profondément reconnaissants.

  • Filippo Palumbo, philosophe et écrivain, nous a offert une lecture bien sentie de la Lettre à Vincent Van Gogh, qui est un chapitre de son essai Un thé avec le chapelier fou publié en 2018 chez Nota bene.
  • Lynda Longpré, blogueuse de la vie ordinaire, a partagé des intérêts littéraires en lisant avec grâce les articles des jours 1177 à 1174 de son blogue Les productions Badouz
  • Le pétillement des poèmes de  Danielle Perreault nous a charmé.
  • Alain Lamontagne, conteur et harmoniciste, était notre invité spécial. Son conte et sa composition musicale magistralement interprétée nous ont envoûté. 

Mes derniers mots, je les utilise pour remercier Catherine, ma partenaire d’exposition, pour mentionner l’excellente collaboration que nous avons eue dans l’organisation de l’exposition ( le vernissage, les Auteurs-Lecteurs, etc.) et dans le partage de l’espace de la galerie.

===

The exhibition was held at Galerie Espace in Montreal from May 22 to May 28, 2019. We thank the friends who helped us (Charles, Louis and Lôc), the gallery owner (Mr Lau) and all those who came to visit us at the gallery. One of the highlights was the reading session (Auteurs-Lecteurs) where invited writers and performer read and played for us. We are very grateful to Filippo Palumbo who offered a well felt reading of the chapter titled Lettre à Vincent Van Gogh from his book Un thé avec le chapelier fou, to Lynda Longpré who read with grace some literary posts from her ten years blog project Les productions Badouz, to Danielle Perreault who read spirited poems, and to Alain Lamontagne, storyteller and musician,  who told a story and played masterfully on harmonica one of his composition.

Personally, I want to thank Catherine, my exhibition partner, for her excellent collaboration in the organization of our common activities and in the sharing of the gallery space.

Expo Clouâtre Passerieux, 22-28 mai 2019

Exposition Clouâtre  Passerieux, 22-28 mai 2019, Galerie Espace, 4844 Boul. St-Laurent, Montréal

Catherine Passerieux présente une collection qu’elle décrit ainsi :
 «… entre abstraction et personnages esquissés, suggérer plutôt que dire, vitesse du geste plutôt que minutie de l’exécution…» Voir https://passerieuxcatherine.wixsite.com/passerieux

Quant à moi, j’expose des petits tableaux figuratifs sur des thèmes comme le regard des autres, le couple, la vulnérabilité des plus faibles, la mémoire, l’idéalisation de la nature, etc. Voir  Catalogue des Petits dessins .

Le vernissage a lieu jeudi le 23 mai à compter de 17 h et nos heures d’ouverture sont de 11 h à 19 h. Venez nous rencontrer.

Auteurs-lecteurs

Samedi le 25 mai à 17 h à la Galerie, il y aura une lecture de textes par leur auteur. Venez les rencontrer.

  • Filippo Palumbo, Lettre à Vincent Van Gogh, (Un thé avec le chapelier fou, Nota Bene, 2018)
  • Lynda Longpré, Extraits du blogue Les productions Badouz.
  • Danielle Perreault, Nouvelles et poèmes
  • Alain Lamontagne, conteur

The catalog of my Petits dessins (small drawings) can be seen here. Most of the paintings that I show are small in format, figurative and have as theme the relationships between beings. The exhibition is held at Galerie Espace in Montreal from May 22 to May 28. I share the gallery with artist Catherine Passerieux during the week. The vernissage is Thursday, May 23, from 5 pm and our opening hours are from 11 am to 5 pm. As a special activity, we organize a reading session (Auteurs-Lecteurs) on Saturday, May 25, at 5 pm, where invited authors will read their own texts. Please pass this announcement to all the people you know that may be interested.

Dessin d’un voyageur | Drawing of a traveler

Le vaisseau se pilote lui-même. Le passager se réveille. Il est instantanément habité par la sensation d’être vivant, d’être là. Passé cet instant, sa pensée se met en branle. Il se tient la tête et tente de remettre en place toutes les pièces du puzzle mental.

===

This vessel steers itself.  The passenger wakes up. He is instantly inhabited by the sensation of being alive, of being there. After this moment, his thoughts get in motion. He holds his head and tries to put back all the pieces of the mental puzzle.

 

img_0183
André Clouâtre, Voyage, Acrylique sur toile, 16” x 16”, 2019

Le regard de l’autre | The eye of the other

Frank le regarda dans les yeux. Il voulut lui rendre le même regard mais il se sentit mal à l’aise. Le seul regard pénétrant qu’il supporte est le sien lorsqu’il se regarde dans un miroir. Se faire regarder ainsi par un autre lui fait sentir que le mur intérieur cachant sa honte s’écroule.

=====

Frank met his eyes.  He felt uncomfortable. This kind of intense look, he can only bear it when he looks at himself in a mirror. When someone looks into his eyes, he feels that the inside wall hiding his shame falls apart.

La honte
André Clouâtre, Le regard de l’autre , Acrylique sur toile, 12 ” x 12 ”, 2019.

Sur la mousse | On the moss

Il marcha en ligne droite pour sortir de la forêt où il s’était perdu. Fatigué, il se coucha sur la mousse pour se reposer.

====

He walked a straight line to get out of the woods where he was lost. Later, he laid down on the moss to rest.

Homme qui dort2
André Clouâtre, Homme qui dort en forêt, Acrylique sur toile, 12” x 12”, 2018.

Coyōtl/Éternel retour |Visite virtuelle|Virtual tour

Récemment se tenait à la Galerie Espace de Montréal l’exposition Coyōtl/Éternel retour. Voici une visite virtuelle de cette exposition. Cliquez ici.
========
You can visit the Coyōtl/Éternel retour exhibition that was recently held at Galerie Espace in Montreal. Just click here.

Gracieuseté de Michael Lewin

Exposition «Éternel retour», 19-25 septembre 2018

Je poursuis l’aventure en présentant du 19 au 25 septembre à la Galerie Espace mes tableaux les plus signifiants des deux dernières années. Si vous lisez ces lignes considérez-vous invité à venir voir notre exposition; j’écris “notre” car je la ferai conjointement avec Amielle Clouâtre, ma fille, qui présentera un nouvel ensemble de photographies. Un portfolio et une très juste description du travail d’Amielle par Marie-Ange Cossette-Trudel se trouvent sur amielleclouatre.com .

J’ai deux groupes de tableaux à montrer. Il y a des tableaux peints sur toile ou sur métal qui représentent par énumération l’infini de l’univers, du double point de vue du format et du jeu. L’autre groupe consiste en des œuvres sur papier qui sont des cristallisations picturales de ma réflexion sur la volonté de vivre.

Cartonrecto

I will show my most important paintings of the last two years at Galerie Espace, from September 19 to 25. Consider yourself as invited if you read this. This is a joint exhibition with Amielle Clouâtre, my daughter. A portfolio of Amielle’s work and a meaningful text by Marie-Ange Cossette-Trudel can be found at amielleclouatre.com.

I have two groups of paintings to show. There are paintings on canvas or metal which represent the infinity of the universe as enumerative games. The other group comprises large coloured drawings on paper which are cristallisations of my thoughts on the will to live.

Les adresses de l’univers |Universe addressing

ELLE et LUI jouent aux adresses de l’univers. La règle du jeu est simple. Il s’agit de désigner par une adresse toute particule, toute idée ou tout fragment d’idée de l’univers. Mais comme l’univers est «une substance consistant en une infinité d’attributs dont chacun exprime une essence éternelle et infinie» [1], c’est un jeu extrêmement déstabilisant pour ceux qui le pratiquent. Par prudence ELLE et LUI contiennent leur ambition et ne considèrent que six attributs. Ils arrivent après sept coups à désigner tout ce qui s’exprime par six attributs. (…)

[1] Définition de Dieu dans L’Éthique de Spinoza, publ. 1677.

==========

ELLE et LUI play to universe addressing. The rule is simple. All universe addresses, which are unique to every particle or idea or idea fragment, must be expressed. Since the universe is “a substance consisting of an infinity of attributes, of which each one expresses an eternal and infinite essence” [2], this game can be extremely destabilizing for the players. Prudent, ELLE et LUI limit their ambition to only six attributes and succeed to grasp all six-attributes addresses in seven plays. (…)

[2] Definition of God in Spinoza’s Ethics, publ. 1677.

img_0129
André Clouâtre, Les adresses de l’univers, Acrilyque sur tôle, 18” x 18”, 2018