Coeur archaïque | Archaic heart

Coeur archaïque et omnirésonnant. J‘ai relevé cette expression dans le livre de Filippo Palumbo, Un thé avec le chapelier fou (Nota Bene, 2018). Il s’agit de la force et de la simplicité du cœur originel, de cet état de conscience sans peur et sans a priori qui permet l’exploration de sa vie jusqu’aux portes du néant.

J’en ai fait une sorte de graffiti sur une vielle tôle, que j’ai trouvée enfouie dans l’humus, près d’une remise abandonnée sise en forêt. Trouée et bosselée, elle porte l’empreinte émouvante du labeur des hommes qui s’en sont servis, puis qui l’ont jetée à l’oubli.

==========

Archaic and omni receptive heart. I noticed this expression in Filippo Palumbo’s book, Un thé avec le chapelier fou (Nota Bene, 2018). It is an evocation of the strength and simplicity of the earliest heart, the fearless state of mind which allows one to explore his life near the doors of nothingness.

I did a graffiti with these words, on a piece of metal sheet that I found buried in the humus, close to an abandoned shed in a forest. I was moved by this punctured and embossed artefact which bears the trace of the men who have used it and thrown it away into oblivion.

Coeur archaïque
André Clouâtre, Coeur archaïque, Peinture sur métal vissé sur contreplaqué, 24” x 24”, 2018

Vieille feuille de tôle | Old Metal Sheet

C’est un essai sur papier pour des peintures sur de la vieille tôle ondulée que je ferai à l’été, sur le thème de la stupeur de la raison face à la vie.

================

This is an essay on paper for paintings that I plan to do this summer on old corrugated metal sheets, on the theme of the stupor of the reason when facing life.

6874B44E-F0A5-48CC-A783-D7FA26EDB2E2
André Clouâtre, Feuille de tôle, Acrylique sur papier, 30” x 48”, 2018.

 

Fatal Error Mode 1

La Machine dit à Robot «Fatal Error Mode 1», arrête un instant, puis reprend ses calculs. Cet incident, c’est Robot qui l’a provoqué. Il s’était dit qu’en esquivant  la logique implacable de la Machine et en lui faisant perdre quelques micro secondes, il pourrait penser librement à la rencontre  qu’il a mémorisée et ressentir le frisson amoureux dont il est question dans les romans de la banque de données textuelles qu’il a récemment analysés.

================

The machine says  to  Robot «Fatal Error Mode 1», pauses for a moment and resumes its computations. Robot has provoked this  incident. He thought that he could gain a few microseconds of freedom by forcing the Machine to react to his logic detouring. During this pause, he flashes back to the pleasant image that he has memorized and he feels the love chills as described in the novels of the textual databases that he has recently analysed.

BB804BF9-BFAF-4B42-BC67-277FD1D3A8D1
André Clouâtre, Fatal Error Mode 1, Acrylique sur papier, 48” x 36”, 2018

 

Conversations muettes|The others

 

J’ai de longues conversations muettes avec vous. Sans cela, je ne serais animé que par mon instinct de survie et j’errerais comme un animal dans la forêt.

======================

The others. I have numerous mute  conversations with them where I become myself. Without that, I would be like a solitary animal in search of food.

Les autres 12 février2018
André Clouâtre, Les autres 12 février 2018, Acrylique sur papier, 48” x 36”, 2018

La volonté de vivre | The will to live

Les tableaux de cet article représentent des points de vue  que ma réflexion sur la volonté de vivre, cet instinct à rester vivant et à craindre la mort,  a fait surgir en moi.

J’imagine la volonté de vivre comme une présence intérieure, un flux d’énergie entrelacé si finement dans toutes mes actions que j’ignore qu’il est là, sauf dans des moments de joie intense ou de tristesse aiguë.  Je me représente aussi la volonté de vivre comme un substrat solide sur lequel j’élabore ma vie.  Je l’imagine également comme un vaisseau qui me transporte durant ma vie.

Prochain article: 1er mars 2018

===================

It comes at birth, the will to live, this unconditional attachment to life. Humans and all living creatures have it.    In this post I share the paintings recently done with the viewpoints that I have developed while I was  reflecting on this subject. I imagine the will to live as an invitee inside me  who has a variety of attitudes. Most of the time, this invitee is almost invisible and when I notice it, I nod and I continue my daily routine. It is mainly in moments of intense joy or acute sadness that I perceive his presence. I also consider the will to live as a foundation,  as a substrate on which I elaborate my life.  In the same vein, I imagine the will to live as a vessel which carries me from birth to death.

Next Post: March 1st, 2018

Quelques dessins de l’Annapurna | A few Annapurna sketches

Je tenais à dessiner sur place des paysages himalayens. Mais l’altitude m’avait fait perdre le sommeil et je n’avais d’énergie que pour l’ordinaire du trek quotidien. À la deuxième semaine, j’étais acclimaté. Un matin à Majgaun, j’ai dessiné les tresses des contreforts de l’Annapurna.

Mon Prochain article: le 1er février 2018. Entre temps, joyeux Noël et bonne année!

==============================================================

I wanted to draw on the spot Himalayan landscapes. But I was sleep-deprived by the altitude and I had just enough energy for a regular trekking day.

On the second week I was acclimated. One morning in Majgaun, I drew the tresses of the Annapurna foothills.

My next post: February 1st, 2018. In the mean time, Merry Chtristmas et Happy new year!

 

Mouvement | Movement

Mon attention s’est portée sur les grandes herbes  qui  se chamaillaient sous le soleil. De puissants arbustes les envahissaient. Puis la pluie est arrivée  et tous s’en sont abreuvés.  J’ai alors pensé aux collaborations et aux collisions entre les êtres, et au mouvement dans une substance infinie, la nature.

Je me suis inspiré de ce mouvement pour compléter deux abstractions énumératives que je présente ici.

=================

My attention was drawn to the tall grasses  which were battling  for their place under the sun. Large shrubs were invading them.  Then came the rain, watering all. Then I thought about the collaborations and collisions  between beings, and the  movement  in an infinite substance, the nature.

I used this idea of movement to complete  two enumerative abstracts that I present in this post.

Enlacement multi-couches
André Clouâtre, Ensembles, Acrylique sur toile, 30” x 36”, 2017

 

Dessins de forêt | Forest sketching

Il y a cinq ou six ans, lorsque je dessinais ou peignais à l’aquarelle une forêt sous un soleil du matin , je m’efforçais de représenter la beauté du paysage. Mentalement, je prolongeais le ressenti du premier regard de la scéne. Je reconnaissais la séduction que la Nature opérait sur moi.

Le temps passant, j’ai développé une autre perspective. La forêt m’apparaît comme une abstraction, une énumération  infinie de genres et d’arrangements. En dessinant, je me concentre sur certains individus avec lesquels je privilégie l’interaction. Sur ce sujet, j’aime beaucoup ces vers de Charles Baudelaire:
La Nature (…)
L’homme y passe à travers une forêt de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.  (Correspondances, Fleurs du mal, 1857)

Vingt-trois images suivent.

Five or six years ago,  when I was sketching or water-coloring a forest, I was trying hard to represent the beauty of a landscape. Mentally, I was endeavoring to keep the initial feeling of seduction that I got when I first look at the scene as an idealized beauty.

Progressively I developed another perspective. I now look at a forest as an abstraction: an enumeration consisting in infinite nature types and arrangements. When drawing, I focus on specific individuals of the forest and I interact  with them. On this subject, I like very much these  verses of the poem Correspondences by Charles Baudelaire:
Nature (…)
Man crosses it through forests of symbols
Which watch him with intimate eyes.    (translation by G. Wagner)

Click to enlarge the images.

 

Énumérations, hiver 2017 | Winter 2017

J’ai toujours de nouvelles énumérations à peindre, ces liens directs avec… Avec quoi au juste?  Avec les oiseaux dans le ciel ? Avec les grains de sable sur une plage?  Ici, avec des morceaux d´un défi rationnel.

Je dessine sans grande précision ces structures combinatoires, croyant que la nature organique des lignes a quelque valeur en soi, du moins qu’elles me représentent. Le coloriage aussi me représente. Je  dialogue avec les formes et les couleurs dans un va-et-vient d’applications de couleur et de pauses où je juge le résultat, un mouvement cyclique qui se poursuit jusqu’à ce que j’obtienne un apaisement à regarder ce que j’ai fait.

====================

I always have new enumerations to paint, these combinatorial  structures that I draw loosely, with just the precision needed to distinguish individual zones. An enumeration  can represent anything one can think of, like clouds in the sky, grains of sand of a beach, or in this case the pieces of an intellectual challenge.

I think that the organic lines of these drawings have some value, that at least they represent me. Colors also represent me. Coloring is a long process, cycles of color application and evaluation that stop only when I feel a soothing effect from the image.